AEROPARIS

Ballon Generali permettant d’élever 30 personnes à 150 mètres au-dessus de Paris, indicateur de la qualité de l’air et laboratoire volant

Le Ballon Generali

 

·        2012-2017 : le bilan positif d’une collaboration inédite

 

Au plan scientifique, la collaboration inédite entre les 5 acteurs privés et publics (Mairie de Paris, Airparif, Generali, le CNRS, et Aérophile) a permis au Ballon de Paris de se transformer en un véritable laboratoire volant. Grâce au LOAC (Light Optical Aerosol Counter), appareil de recherche installé en 2013 sur le ballon par le CNRS, le ballon mesure, 7 jours sur 7, la quantité de particules fines présente au-dessus du parc André Citroën, de 0 à 300 mètres de hauteur. 

Ces mesures ont donné lieu à plusieurs rapports, qui ont révélé une grande cohérence avec celles d’Airparif et apporté des enseignements riches et complémentaires notamment sur les pics de pollution.

 

Au plan touristique, le Ballon Generali continue son envolée avec une fréquentation d’environ   60 000 passagers/an. Le Ballon fait désormais partie des « incontournables » pour admirer Paris d’en haut, sans polluer l’air !

 

·        2018-2022 : un partenariat renforcé en faveur de la qualité de l’air

 

Generali France souhaite poursuivre le travail scientifique engagé en allant plus loin encore  dans les connaissances de la composition de l’air que les parisiens respirent. Des instruments de mesure inédits vont compléter le dispositif existant pour notamment :

•       étudier en temps réel, du sol à 300 mètres d’altitude, l’ozone, autre grand polluant de l’atmosphère,

•       expérimenter la technologie LIDAR  (technique basée sur l’émission d’un pulse laser et sur la mesure du délai entre cette émission et la détection du rayonnement réfléchi par un objet d’intérêt (ici les aérosols), fournissant ainsi une information sur la distance à laquelle se trouve cet objet). Installée à bord du ballon, elle permettra d’obtenir une cartographie 3D des particules fines du Ciel de Paris

•       expérimenter une nouvelle technologie qui devrait permettre de capturer les particules fines tout autour du ballon, à partir de 4 principes physiques dont 3 ont déjà été testés activement avec succès sur le ballon. Ce système unique de dépollution de l’air vient d’être breveté.

 

http://www.aerophile.com