Gouvernance

AIRLAB est placé sous l’autorité du Conseil d’Administration d’Airparif.

Il est coordonné par un salarié d’Airparif, sous la responsabilité du directeur des partenariats d’Airparif et de la directrice générale.

Il est doté d’un Comité Stratégique, composé des membres fondateurs d’AIRLAB, afin de définir et prioriser ses orientations. Le comité se réunit une fois par an.

La gouvernance est complétée par un Comité de Pilotage qui se réunit tous les trois mois pour :

  • assurer le bon fonctionnement d’AIRLAB, la mise en œuvre des orientations stratégiques ;
  • proposer des nouveaux projets d’innovations ;
  • le suivi des projets en cours ;
  • étudier les labellisations de proposition de projets ;
  • proposer des webinaires ou matinales thématiques ;
  • partager les informations sur la qualité de l’air, sur les thèmes de recherche et les innovations technologiques à l’échelle nationale et internationale.

Le comité de pilotage se compose des membres fondateurs d’AIRLAB et des adhérents d’Airparif engagés dans l’innovation et le développement de la connaissance pour l’amélioration de la qualité de l’air. Des représentants de la recherche académique et de la filière qualité de l'air, des start-up, des TPE et des PME complètent ce comité.

Comme pour Airparif, la gouvernance d’AIRLAB se veut large et équilibrée, autour des 5 pôles composant le Comité de Pilotage, pour un fonctionnement consensuel, transparent et dans l’intérêt général.

 

 

Les acteurs institutionnels : Région Île-de-France, Ville de Paris, Métropole du Grand Paris, Communauté d’agglomération Paris-Saclay, ADEME, DIRECCTE, Ministère de la Transition Ecologique, IDFM.

Les grandes entreprises : Aésio Mutuelle, Citélum, EDF, Engie, Groupe La Poste et Géoptis, GRDF, ICADE, SNCF, Véolia, Vinci-Autoroutes, VNF.

Les start-up, TPE et PME représentées par la FIMEA.

La recherche académique est représentée par des personnes qualifiées, notamment Giles Forêt, ancien coordinateur du DIMQI2 (réseau de la recherche sur la qualité de l'air.)

Le lien avec la société civile se fait à travers des projets notamment ceux développant la participation citoyenne.

Pour le Comité de Pilotage, chaque organisation désigne jusqu’à 2 représentants.